Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juin 2013 7 16 /06 /juin /2013 13:55

la-capitana-espagne.jpg             la-capitana-couverture-en-France.jpg

Elsa Osorio, un pied à Madrid et l'autre à Buenos Aires sera au Marathon des mots à Toulouse aussi voici un entretien avec elle au sujet de son dernier livre dont vous avez ci-dessus la couverture de la version française et celle de la version espagnole. JP D

 

Votre ami, l’écrivain Juan José Hernandez vous a parlé pour la première fois de Mika, cette héroïque Argentine qui avait commandé un bataillon pendant la guerre d’Espagne, en 1986. Vous avez achevé « La Capitana » plus de 15 ans après. Pourquoi avoir tant tardé pour en faire un personnage de roman ?

Elsa Osorio : Que j'ai choisi un roman et pas un essai ne veut pas dire que je pouvais imaginer ce que je voulais ... Je raconte de faits historiques. Sachant que beaucoup de gens y ont perdu la vie, je ne pouvais pas me permettre de raconter ces événements sans avoir de solides bases historiques. Un exemple : beaucoup disent que le POUM [le Partido Obrero de Unificación Marxista, une organisation révolutionnaire espagnole qui a pris part à la guerre] a été exclu de la guerre d’Espagne parce qu’ils étaient trotskistes alors que, pendant mes recherches, j’ai pu lire un article contre le POUM écrit par Trostski et des articles d'un dirigeant du POUM contre la position que Trotski a pris pendant la guerre d'Espagne. J’ai dû beaucoup lire pour pouvoir comprendre la place complexe du POUM durant cette époque et faire de nombreuses recherches personnelles..

Vous décrivez avec de fascinants détails les lieux où Mika a vécu, notamment la Patagonie, où Mika et Hipolito, son compagnon, ont tenté de venir en aide aux ouvriers agricoles réprimés. Avez-vous parcouru vous aussi tous ces endroits ?

Elsa Osorio : Le paysage de la Patagonie m'a beaucoup touché, c’est cette idée d'espace infini que je tente de rendre présent dans mon roman. J'ai parcouru tous les endroits où Mika a vécu : j ai marché sur ses traces à Paris, j'ai visité les mansardes où, avec son compagnon, ils logeaient, j'ai parcouru les rues de Berlin en tentant de découvrir ce qu'ils avaient vécu là. J'ai passé des heures dans le café qui fait face à la "Bulow Platz", aujourd'hui "Rosa Luxembourg Platz", où les nazis défilaient devant le siège du PC. Je lisais les notes qu'ils ont pris et j ai pu ressentir profondément leur angoisse, leur désillusion et leur désespoir.

Le nom de notre cher Juan Carlos Cáceres apparaît à un détour du récit. Qu’écoutiez-vous pour retrouver les émotions de Mika ?

Elsa Osorio : Je parle du musicien Juan Carlos Cáceres mais je ne l’ai pas connu. C'est Guillermo Nuñez, un musicien qui jouait avec Cáceres, qui m'a raconté beaucoup de choses sur la vie de Mika. Ils sont devenus très amis, et son récit, émouvant, m'a permis de visualiser une Mika de 70 ans, vivante, pleine d’énergie, d’humour, et sage.

Justement, bien qu’âgée, Mika a montré aux étudiants parisiens comment dresser les barricades de mai 68. Si elle était encore vivante, elle s’indignerait avec les Espagnols et les Grecs et occuperait Wall Street avec les New Yorkais ?

Elsa Osorio : Je crois que oui. Elle était toujours où il fallait être, cohérente..

Y a-t-il d’autres personnages historiques que vous aimeriez – si, comme les chats, vous aviez neuf vies – faire revivre dans un roman ?

Elsa Osorio : Franchement, non, car je préfère travailler sur des personnages de fiction. Mais dans le cas de Mika, j’ai choisi de travailler sur une personne réelle, car je trouvais que la vie héroïque de cette femme était injustement oubliée. Je devais faire connaitre son nom.

Finalement, Mika fait partie de cette génération de militants qui n’ont pu empêcher ni le nazisme ni le franquisme. Quelle leçon en tirez-vous ?

Elsa Osorio : Beaucoup de leçons. La plus importante : que la gauche perd plus de temps à se confronter à ses proches qu'à voir ses vrais ennemis. Par exemple, en Allemagne, les élections de novembre 1932 montrent que le PC et le PS auraient obtenu ensemble la moitié des voix aux élections, ce qui leur aurait permis d’empêcher la victoire du nazisme. Mais, pour les communistes, l'ennemi sacré était la démocratie, et, pour les socialistes, le communisme. Et voila ! Ils sont devenus la chair au canon de la deuxième guerre mondiale ...

 

Propos recueillis par François Mauger

Partager cet article

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans Rajaud guerre d'espagne
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche