Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 août 2013 3 14 /08 /août /2013 19:53

midi-1943.jpg

Voici la présentation du discours de Bousquet par le Midi Socialiste. Pascale Froment indique dans son livre à ce sujet : «Devant le juge, Bousquet eut toutes les peines du monde à justifier cette oraison funèbre. Il marchait sur des œufs… » (P. 360 de son livre René Bousquet). Bousquet invitera ses juges à lire entre les lignes et concluera : « Dans la situation qui était la mienne en fin 1943, c’était un testament ! » JPD

 

Le Midi socialiste 28 octobre 1943

 Aux obsèques de M. Barthelet

intendant régional de police à Toulouse

M. R. Bousquet, secrétaire général de la police au nom du chef de l’Etat et du chef du gouvernement flétrit le terrorisme et ceux qui l’on déchaîné.

 Les obsèques de l'Intendant régional de police de Toulouse M. Barthelet assassiné comme nous l’avons dit, ont été célébrées hier matin, mercredi avec un grand apparat.

M. Bousquet, secrétaire général à la police spécialement délégué par le maréchal chef de l'Etat et par M. Laval chef du gouvernement, était venu de Viçhy et dès son arrivée, en présence du préfet régional et des hautes personnalités de Toulouse il alla épingler la croix d'officier de la Légion d'honneur sur le cercueil autour duquel s'amoncellent gerbes et couronnes de fleurs, où se distinguent celles du chef de l’Etat, du chef du gouvernement, de M. Bousquet, de M. le préfet régional, des divers services de police, du chef de la police allemande et du consul d'Allemagne,

Du domicile mortuaire à la cathédrale, le cortège se déploie avec solennité, précédé par un contingent de police mobile montée, lequel est suivi de la musique de la police. Puis viennent les personnalités M. Bousquet, M. Cheneaux de Leyrits et tous les préfets de la région ; les magistrats, les dirigeants des grands organismes industriels et commerciaux.

Après l'office religieux, le cercueil est placé sur une estrade au milieu de la Place Saint-Etienne, et M. Bouquet, délégué à cet effet prend la parole au nom du maréchal et de M. Laval pour prononcer l’éloge funèbre du défunt :

« Je veux, dit-il entre autres choses, je veux flétrir un tel crime que rien ne saurait expliquer, que rien ne peut justifier et que rien ne peut faire pardonner. »

 Après avoir rappelé les étapes brillantes de la carrière de l'intendant régional de policé, René Bousquet a évoqué les titres qu’il avait acquis pendant la guerre de 1914-1918.

Quatre fois cité, deux fois blessé Roger Barthelet avait reçu la Médaille militaire et la Croix de la Légion d'honneur

« Tel est l'homme, le fonctionnaire et le soldat-  a ajouté M. René Bousquet - l'égard duquel par la voix de leur radio dissidente, gaullistes communistes multipliaient les appels au meurtre. Tel est l'homme qu'une sournoise propagande dénonçait à la vindicte de nos néo-patriotes. La France réfléchira et jugera. »

Après avoir évoqué l'attentat qui, il y a quelques jours, coûtait la vie à M. Lespinasse, avocat général à Toulouse, à la mémoire duquel il rendit hommage, le secrétaire général déclara : « Ils sont morts pour avoir aimé et pour avoir voulu servir une France idéale dont consciemment ou inconsciemment, nous avons au fond de nous les germes de son redressement. »

 Faisant ensuite allusion à la vague criminelle de terrorisme qui déferle sur le pays, M. René Bousquet déclara :

« On tue, on pille, on vole aux accents d’une propagande dissidente déchaînée. Contre le terrorisme qui monte, contre le communisme qui l’inspire ou qui l’exploite, contre les fores étrangères qui l’animent, le gouvernement luttera avec une volonté froide et implacable. Le gouvernement français ne laissera pas sans répliquer le champ libre aux forces de désagrégation nationale. La vie des auteurs de ces lâches attentats, la vie de ceux qui les inspirent ou s'en rendent complices répondra de la mort de ceux que nous aurons perdus. »

 Puis M. Bousquet fait l'éloge de la police :

« Je n'ignore rien du procès de tendance que l’on fait quelquefois à la police française et aux forces du maintien de l'ordre. Attaqués de toutes parts, elles trouvent précisément dans ces critiques contradictoires la preuve du souci qu'elles manifestent naturellement de sauvegarder, au service du gouvernement et du pays, l’indépendance de cette action. Accusée par les uns d'avoir abdiqué toute dignité nationale devant la présence des armées d’occupation, accusée par les autres d'infidélité politique et de dissidence morale, partiellement privée des moyens matériels dont elle aurait un pressant besoin pour assurer pleinement avec l'ordre intérieur, l'avenir de notre pays dans le respect des engagements pris par le chef de l’Etat au nom de la Nation à la signature de l’armistice, la police française trouve dans sa foi patriotique, la volonté et le courage dont elle a besoin pour rendre à la France les services que celle-ci est en droit d’attendre d’elle et dont demain le pays tout entier, ayant repris conscience de lui-même, saura reconnaître la substantielle réalité. »

 

Après ce discours les effectifs de la police et un peloton de la garde mobile défilent devant le cercueil et la foule se disperser et le cercueil est emporté dans un fourgon automobile vers la Meurthe-et-Moselle.

Partager cet article

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans René Bousquet
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche