Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 décembre 2009 3 09 /12 /décembre /2009 21:26

labeyrie.jpg
(photo Thierry Déjean)
Deux questions à Vincent Labeyrie

 

Point Gauche ! n°4 décembre 1993 (les réponses ont été écrites)

 

Quel fut le sens de votre activité professionnelle ?

La préoccupation constante de ma vie professionnelle a été de mettre, et d'orienter, les activités humaines en harmonie avec le contexte écologique, c'est-à-dire d'harmoniser l’économie humaine avec "l’économie de la nature", définition donnée dès la création du terme écologie par Ernst Haeckel en 1868 ... Dès 1947, l’étude de l’influence des conditions écologiques sur la pullulation des criquets dans le Sud-ouest m'a montré que la compréhension de la dynamique des populations permettait de prévoir et prévenir les attaques d'insectes, d'où nécessité d'études écologiques rigoureuses, tenant compte des relations entre les diverses composantes d'un agro-système, le même principe devant guider toutes les interventions sur la nature. L'INRA refusant cette orientation écologique dans la lutte contre les insectes, c'est avec l’aide du CNRS, que j'ai crée en 1960 le laboratoire d’écologie expérimentale de Tours, transformé en 1970 en IBEAS (Institut de biocénotique expérimentale des agro-systèmes).

Estimant indispensable de former des aménageurs conscients des problèmes écologiques et humains posés par l'intervention publique ou privée sur la nature, j'ai créé à l'Université de Tours en 1969 le CESA (Centre d'études supérieures de l’Aménagement), avec le soutien de I'OCDE et malgré l’opposition du ministre de l’environnement Robert Poujade. Par ailleurs mes cours à l’Université, des conférences en France et à l’étranger, des articles de revues et enfin ma participation à des commissions nationales et internationales (OCDE, UNESCO) m'ont permis de diffuser ces conceptions.

En 1980, un concours de circonstances a entrainé la décision interministérielle, prise à la demande de la DGRST, de financer la création d'un institut pour l’IBEAS sur le campus de Pau ; malheureusement, Pau, siège d'ELF, est la capitale du pétrole, lequel fait rarement bon ménage avec l’écologie : aussi, tout ce que j'avais réalisé à Pau, IBEAS, laboratoire associé au CNRS, formation doctorale en écologie expérimentale, a disparu dès mon départ à la retraite en 1990. J'espère toutefois que je n'aurais pas prêché dans le désert et que parmi mes élèves de recherche et mes étudiants, certains poursuivront dans la même direction.

 

Quel fut le sens de vos activités militantes ?

Issu de la grande bourgeoisie administrative, mais républicaine, mon père, éveillé à l’activité politique par la campagne pour Dreyfus, militant actif de la Ligue des Droits de l’Homme, avait participé dès le début aux activités de l’Association des Amis de la Russie Soviétique. Seul haut fonctionnaire des finances de gauche - alors Procureur Général de la Cour des Comptes - il avait été choisi par Léon Blum pour nationaliser la Banque de France en 1936.

J'ai donc passé ma jeunesse dans une ambiance progressiste, mais beaucoup trop jeune pour pouvoir me battre contre le fascisme en Espagne, j'ai tout naturellement milité dans la clandestinité pendant l'occupation dès 1941 aux lycéens et étudiants communistes et comme responsable des FTPF étudiants de Paris jusqu'à mon arrestation le 2 aout 1944 par les brigades spéciales anti-terroristes de la police pour avoir exécuté le chef de la milice de Ile-de-France ; l’insurrection populaire parisienne m'a libéré le 20 août de la prison de la santé.

Choqué par la présence de Georges Marchais à la tête du PCF, je suis cependant resté militant communiste jusqu'à mon exclusion publique du PCF en 1988, espérant, comme beaucoup d'autres, de changer le Parti de l’intérieur. Je me suis toujours consacré à la lutte pour la paix (responsable du Mouvement de la Paix en Gironde, à Antibes, en Touraine et en Béarn) et à la diffusion de la pensée écologique auprès des militants politiques et syndicaux (FSM à Prague et membre fondateur d'Eco forum for Peace).

Ayant publié de nombreux articles sur l’importance de l’écologie depuis 1964 dans la "Nouvelle Critique" et "La Pensée", quand Pierre Juquin a été chargé en 1974 d'organiser la commission Cadre de Vie au PCF, je me suis trouvé à ses côtés, et en 1976 j'ai été candidat vert du PCF, expérience unique dans l’histoire des partis communistes européens, lors de l’élection législative partielle de Tours ; la direction du Parti a rapidement abandonné cette orientation d'ouverture, mais voulant prendre enfin le train en marche, elle a créé vers 1978 le MNLE, duquel le terme d’écologie était encore banni au profit "d'environnement" bien plus anodin ; j'ai servi de caution scientifique en participant à sa présidence jusqu'à ma démission lors de l’exclusion des militants MNLE du Nord.

Privilégiant les problèmes du Tiers-Monde, je me suis employé à y promouvoir une politique agricole et industrielle saine, en particulier comme consultant par les gouvernements du Viêt-Nam, de Costa-Rica, de l’Inde, de Lybie, du Mexique ; mais chaque fois j'étais contré par les "experts" du FMI, de la Banque Mondiale, de la FAO et du gouvernement français. Internationaliste de toujours, je suis pour une Europe politique quelles qu'en soient les imperfections, car elle a au moins le mérite de s'attaquer au concept dévastateur de nation.

Profondément scandalisé par la façon dont l’immense espérance humaine incarnée par le Manifeste Communiste a été dévoyée et trahie, je ne regrette absolument pas mon engagement militant, que j'ai toujours accompli sans sectarisme. Considérant maintenant que les partis politiques sont une forme dépassée d'organisation, je participe au Forum Progressiste.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans ecologie décroissance
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche