Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mars 2014 4 13 /03 /mars /2014 16:03

davy_crock_coonskincap-200.jpg 

L’historien mexicain Pedro Salmeron Sanginés vient de visiter Los Alamos à San Antonio, Texas et il est scandalisé par la falsification historique qui ressort du musée de ce lieu mythique du passé des USA.

Voici quarante ans, par les hasards de la vie, j’ai franchi moi-même la porte des ruines du Fort Alamo et j’ai également été scandalisé mais sous une autre forme. Comme document « historique » j'ai eu droit, sous une vitrine, à la coiffe de Gary Cooper jouant David Crocket.

J’ai alors compris, et souvent écrit, que l’essentiel de l’histoire des USA tient aux légendes, parfois contradictoires, forgées par le cinéma (leur efficacité tient au fait qu'elles sont contradictoires).

En effet que peut peser la vraie coiffe de David Crocket par rapport à celle de Gary Cooper ?

Tout empire, comme le pense l’historien mexicain, est-il conduit à falsifier l’histoire ?

Mais qui a prétendu que le cinéma existait pour autre chose que raconter des légendes ?

 La guerre entre le Mexique et les USA a été une réalité. Fort Alamo a bien été assiégé. David Crocket est mort au cours de cette bataille héroïque. Et la légende nous présente un David étasunien face au Goliath mexicain car « c’est entendu » les USA ne sont rien d’autre que le pays du self made man, l’homme qui se construit seul contre tous, l’homme qui est le fils de ses œuvres. Une réalité historique simple vient à l’appui de cette thèse : pas définition « l’héritier » n’y a jamais existé, du moins aux origines. L’héritier, c’est le fils de famille, le fils de la noblesse, les fils d’une histoire puissant profondément ses racines dans le passé. Or les libérateurs du Mexique ayant créé ce pays, restaient pour une bonne part des fils de famille, plus espagnols qu’américains (au sens continental).

 En conséquence la légende de Crocket ne vise pas seulement à dénaturer l’histoire tendue entre le Mexique et les USA mais comme Kit Carson, Blec le Roc [production italienne qui a fabriqué, en illustrés, la légende de l’homme seul face aux tuniques bleues] et tant d’autres figures, elle vise à construire un imaginaire global que le célèbre Walt Disney a mis en boîte en l’inscrivant dans une référence planétaire. Tout lieu d’histoire est aux USA, une reconstitution comme le montre très bien le voyage de Vladimir Pozner (1) dans le village de Cherokee mais nous pourrions dire de même du village de Taos, Plymouth etc. Et la mode en France des reconstitutions historiques vient de cette pratique de la falsification « bonne enfant » !

 Par définition, un empire est conquérant mais les conquêtes de l’empire romain puis bien après des empires espagnols, français, anglais, n’ont pas pu procéder comme les USA faute d’avoir à leur service le cinéma. Au départ, ce ne sont plus les USA qui vont à la conquête du monde, mais c’est le monde entier qui s’est installé aux USA !

 La conquête de l’Ouest (qui parfois s’est monnayé dans divers salons) et dont David Crocket est l’emblème, au même titre que la construction des voies ferrées ou que le cas de Géronimo (un autre David contre Goliath mais cette fois ce sont les USA), n’est rien d’autre dans l’imaginaire, que la construction d’un pays évident, et non une conquête colonialiste pouvant susciter ensuite des guerres d’indépendance. Par définition, les empires se sont tous défaits (preuve qu’il s’agissait d’empires y compris l'URSS), mais les USA ne peuvent pas se défaire, preuve qu’il ne s’agirait pas d’un empire mais d’un pays.

 Sauf que, depuis 1945, ce pays, sous prétexte qu’il est la planète, pense qu’il peut conquérir le monde. Et l’Europe lui en a donné les moyens pratiques, stratégiques et économiques. La Seconde guerre mondiale a été la chance des USA ! Il est possible de répondre que si la Guerre est née de la crise de 1929, alors les USA en sont à l’origine !

 Face au cas David Crocket, il est donc indispensable de tenir les deux bouts de la chaîne ! Celle de la guerre locale réelle, et celle de l’imaginaire global. Concernant la guerre réelle, Pedro Salmeron Sanginés ne néglige pas les erreurs de la classe dirigeante mexicaine comme celle de ses généraux, qui finalement offrirent sur un plateau la victoire au Texas et aux USA. Le musée de San Antonio aurait d’ailleurs pu s’amuser à dénigrer l’adversaire, mais ça serait alors entrer dans des faits d’histoire jugés sans intérêt face à la légende. Un seul élément était nécessaire : l'adversaire était un méchant tyran féodal (2).

 Pour échapper à cette histoire, faut-il inventer une autre légende ? Mon petit-fils de dix ans n’est pas l’enfant de David Crocket mais celui du Seigneur des anneaux. Est-il seul dans son cas où est-ce là la légende du siècle actuel ? Jean-Paul Damaggio

 

(1) Récit de voyage aux USA, Vladimir Pozner (articles de 1983)

(2) En cherchant la coiffe de David Crocket (que j'écris à l'espagnole) je suis tombé sur un texte français david Crockett qui raconte exactement la légende US : le bon David combattant de la liberté contre le méchant Mexicain Santa Anna un tyran féodal. Le bon David ne représentait-il pas le pays qui au même moment s'enrichissait de l'esclavage et du génocide indien ? Alors que côté Mexicain l'esclavage avait été aboli et les Indiens, même malmenés, étaient cependant très présents ! A lire ce texte en français, j'ai mieux partagé la colère de l'historien mexicain…

Partager cet article

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans USA
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche