Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mai 2010 1 24 /05 /mai /2010 12:14

27 mai 2003 : page du journal

 

1 ) Cette page sera écrite sous l’angle de la fatigue même si je n’ai pas fait le voyage à Paris (la marche toulousaine n’a pas été négligeable pour mes jambes). Fatigue physique et aussi fatigue intellectuelle qui me conduit jusque devant les petits élèves pour faire le point avec les parents.

2 ) Je vais leur annoncer que la grève continue le lendemain. Que face aux positions du gouvernement il n’est pas pensable d’arrêter la dite grève. Que la manif de Paris est au contraire une incitation à continuer.

3 ) La vie en classe est un peu décalée ; le rythme un peu difficile à reprendre. Préparation de la fête de l’école, Conseil d’école du soir, une autre forme du quotidien. Un syndicat téléphone pour annoncer le programme de la manifestation de la journée du lendemain. Rien de clair.

4 ) Le soir je serai absent à l’AG de Montauban mais présent devant le maire de Marsac et deux parents d’élèves. Accord général pour dire l’essentiel : la mise en place de la décentralisation est une opération pour dégonfler les frais de l’Etat et les faire porter sur les collectivités territoriales.

La loi européenne oblige à un déficit limité pour l’Etat mais laisse les autres institutions « libres ». L’éducation servant de terrain d’expérience. Il est en même temps question de la demande d’ouverture d’une nouvelle classe : l’Inspecteur d’Académie a promis d’ouvrir à 46 élèves or ils seront 46 pour la rentrée prochaine. Il répondra : il ne fallait pas compter les petits de 2 ans !

5 ) Sur internet je reçois une réponse à un courriel concernant l’absence du dossier retraite dans un tract intitulé : « Pourquoi les enseignants sont en grève ? ». Si je suis d’accord pour noter, comme il est dit dans la réponse, que le public « n’a pas bougé quand le privé est passé à 40 ans » je ne peux pas partager la suite de l’argumentation. Cette erreur de départ est une leçon à méditer non pour la répéter mais pour la corriger. Elle a été répétée en 1995 quand le public a pu conserver ses droits sans que le mouvement n’ait pu gagner l’abrogation des décrets Balladur [qui firent passer la retraite du privé à 40 ans d’annuités]. Elle a été répétée par la Gauche au pouvoir qui a préféré ne rien faire sur ce dossier. La CFDT peut expliquer qu’elle a obtenu du gouvernement en place des avancées qu’elle demanda en vain à Jospin ! Est-ce une raison à présent pour fuir le débat ?

6 ) La réponse du collègue du courriel reprend une idée formulée en AG : « durée de 38,5 années pour tous, pour qu’un pas soit fait de part et d’autre, suppression des régimes spéciaux et réactualisation de la pénibilité des tâches ». Je ne partage pas ce point de vue mais si, suite à un débat collectif, il devient la position majoritaire alors je m’y plierai ? Le drame est là : ce débat est refusé et quand l’AG des grévistes se positionne sur 37,5 annuités pour tous, personne ne conteste pour éviter la discussion. L’explication de cette attitude est présentée ainsi : « Comme beaucoup d’enseignants ne se retrouvent pas dans les demandes formulées actuellement par les syndicats, ils ont du mal à l’argumenter… ». J’y vois la nécessité du débat, là où le collègue y voit la nécessité d’éviter le débat ! En un mois de grève, la conscience de chacun n’aurait-elle pas pu faire un bond en avant ?

7 ) Bref, que fera-t-on demain ? Une journée interprofessionnelle importante est prévue or localement il existe comme un flottement. Un collègue revenant d’une AG de Castelsarrasin n’est informé de la tenue d’aucune manif à Montauban. Pas d’information sur le site du SNUipp ou du SE. Dès qu’on s’absente un peu de Montauban on perd facilement le fil. Je reporte à demain matin ma recherche sur le lieu et l’heure des rendez-vous.

8 ) Flottement dans le Tarn où une manif essentielle est organisée à Albi mais Mazamet préfère aller à Toulouse. Montauban ira aussi à Toulouse, ça c’est sûr, et en empruntant le train. Flottement qui tient aux décisions qui approchent avec la réunion interministérielle de demain. Un grand pont vient ajouter à l’impression d’hésitation du mouvement.

9 ) La fatigue tient à l’incertitude des résultats (l’échec ne brisera pas mon élan mais pour beaucoup d’autres ne risque-t-il pas de laisser un goût amer?).

Dans un monde bien huilé, bien régulé, cette fatigue devient routine et la routine endort cette tension qui fait la vie.

10 ) Avec la collègue nous avons parlé du moment particulier de l’émission Ripostes d’hier quand l’homme du pouvoir répond à l’instit que la situation des retraites n’est pas si grave puisque les enseignants prennent pour le moment la retraite à 60, et que dans 2 ans ils la prendront à 63 ans [le 63 ans approche maintenant]. Info étonnante car les instits sont encore majoritaires et ils la prennent à 55. Il a dû compter seulement les profs. L’instit aurait pu répondre que l’âge moyen du départ réel à la retraite pour tous étant de 57 ans, ça montre que les profs sont déjà marqués par un âge tardif de fin de carrière.

11 ) Cette jeune collègue n’est pas gréviste mais partage le point de vue des grévistes et, tout comme au conseil d’école qu’elle conduisit de main de maître, je découvre, à travers ses arguments, une personne déjà très bien impliquée dans la vie sociale.

12 ) Ma soirée me laisse un moment pour achever ces quelques lignes qui me reposent un peu car je me dis qu’à la fin, il me restera des traces à étudier pour mieux comprendre. Je crois qu’il n’y aura rien de plus terrible au final que la sensation d’un mouvement sans débouché. Ces pages me serviront de compensation. JPD

Partager cet article

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans la grève de 2003
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure
  • Le blog des Editions la Brochure
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche