Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 09:41

Ce souvenir a surtout de l’intérêt car il indique dans quelles conditions Cladel a commencé à publier ce qu’il pense être son chef-d’œuvre, Ompdrailles. JPD

  

Figaro 23 octobre 1921 : Souvenirs d’un vieux journaliste

Les souliers de Léon Cladel

 

Il y a longtemps, bien longtemps de cela. Napoléon III était à l'apogée de son règne. L'exposition de 1867 avait fait accourir à Paris les monarques de presque toutes les Puissances et, comme son oncle, à Talma, il pouvait offrir à ses « comédiens ordinaires » les artistes du Théâtre-Français « un parterre de rois ».

Les journaux politiques, assujettis au cautionnement et grevés du timbre, étaient obligés d'économiser sur leur rédaction. Quant aux journaux littéraires, ils payaient peu, mal et quelquefois pas du tout. Le Figaro seul qui, jusqu'alors, paraissait deux fois par semaine, avait royalement rémunéré ses collaborateurs. Mais il venait de se faire quotidien et d'ailleurs il était inabordable. Nous faisions, Camille Debans et moi, un petit journal hebdomadaire intitulé le Masque.

Quelque modeste qu'il fût, il avait du premier, coup, conquis un certain succès, puisque, alors que nos concurrents n'arrivaient pas toujours à joindre les deux bouts, nous réalisions chaque semaine un bénéfice de cent à cent cinquante francs. Ce n'était pas le Pactole, mais à cette époque de vie à bon marché, nous nous en contentions.

Nous avions, il faut le dire, une brillante rédaction Paul Arène, le doux poète méridional, Charles Bataille, Ernest d'Hervilly, Armand Gouzien, critique dramatique qui devint plus tard un, personnage officiel et plusieurs autres parmi lesquels Léon Cladel, encore humble, mais qui, depuis, acquit assez de célébrité pour qu'on ait donné son nom à une rue du centre de Paris.

Cladel écrivait pour nous son beau roman Ompdrailles le tombeau des lutteurs à qui les arènes de la rue Le Peletier et les boniments de Rossignol Rollin, l'apôtre du « muscle dans l'air », acquéraient la faveur des amateurs de sport.

Or, voilà qu'un jeudi, jour de suprême délai pour la remise de la copie, car nous paraissions le dimanche matin, Cladel ne parut pas. Les heures s'écoulaient. Debans, impatient et inquiet, me dit :

- Allez donc voir ce qui lui est arrivé.

Cladel demeurait dans la Cité des Fleurs, une voie longue et étroite bordée de jardins d'un côté, qui se trouve tout au bas de l'avenue de Clichy. Je m'empressai d'y courir.

Je le trouvai en proie à une grande agitation. Les pieds chaussés de pantoufles, il allait et venait dans la petite pièce qui lui servait de cabinet de travail.

- Ah ! vous voilà s'écria-t-il, vous tombez à pic. Figurez-vous que j'ai donné mes souliers à raccommoder à un cordonnier tout près d'ici. Je comptais aller les prendre. Mais j'ai été obligé tantôt de faire un payement qui m'a pris mes derniers sous. Et il me faut trois francs cinquante. Avez-vous trois francs cinquante à me prêter ?

Je me fouillai et je dus avouer que je ne les avais pas !

- Quel cataclysme dit Cladel. Comment faire ?

- Donnez-moi toujours votre copie, insistai-je, je demanderai de l’argent à Debans et je reviendrai vous apporter ce qu’il vous faut.

- Non… il y a mieux. J’ai à toucher une vingtaine de francs au Nain jaune… Vous avez à peu près le même pied que mois. Prêtez mois vos souliers, je vais porter ma copie, toucher mes lignes, dégager mes godillots et vous délivrer. Le temps de fumer une bonne pipe et je serai de retour.

Hélas ! ce ne fut pas une pipe, mais une demi-douzaine que j’eus le temps de fumer avant de le revoir. Je commençais à m'inquiéter quand je le vis enfin reparaître, rayonnant, un paquet à la main.

- Et voilà, dit-il, reprenez vos godillots, j'ai les miens. Debans a sa copie. Tout le monde est satisfait.

Je pris congé de lui et je revins au Masque, où Debans me fit une scène pour m'être attardé aussi longtemps, car Cladel s'était bien gardé de le mettre au courant de l'histoire.

Franchement, méritais-je ses reproches ? Georges Grison.

Partager cet article

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans Léon Cladel
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche