Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 août 2013 3 14 /08 /août /2013 17:15

                                                Festival-74.jpg

 

J'ai déjà évoqué plusieurs fois la pièce de Benedetto, Le siège de Montauban, jouée à Montauban, en 1974. Je viens de retrouver les documents donnés dans le programme avec ce texte de Castan et le suivant de Benedetto :

 « SANS PREJUGER DES CONCLUSIONS... Par Félix Castan

Mettre en question l'espace et les grandes manœuvres de l'art et de la pensée, l'espace inerte, un éther d'avant Einstein et l'ère relativiste : espace sans espace ! On voudrait respirer.

Pas de lieu neutre, ni de point de vue de Sirius pour observer, disserter et juger, on est toujours de quelque part, non seulement d'aujourd'hui, mais encore d'ici, hic et nunc. Toute activité créatrice sécrète, érige son propre observatoire. L'espace de la conscience humaine sera plural ou il sera illusoire.

Au pôle cosmopolite qui désoriente la boussole, il s'agit d'opposer des tensions réelles, multilatérales, spécifiques et structurantes. Chacun regarde de sa fenêtre, de son hublot : construire une société des regards..

Montauban, Lodève et le Larzac, Avignon, nos références.

Vilar avait fait la moitié du chemin quand il s'installa à Avignon. Reste l'autre moitié ; non point débarquer un jour dans des murs étrangers, mais se mettre à l'écoute d'une autre humanité et d'un autre univers, le nôtre simplement, sachant que ce n'est pas politique de l'autruche et que l'expérience sera vue de tous côtés et jugée.

Condamnée peut-être, alors il faudra savoir par qui.

Il y va du statut de la classe intellectuelle dans le monde de tous : le but de l'œuvre n'est pas la compétition, - rouler à la manière d'une boule de billard sur une table de jeu ! Elle se présente comme un effort toujours recommencé pour mobiliser l'inconscient collectif, pour édifier les architectures dans le paysage et pour justifier les droits de propriété du premier occupant.

La technique de l'écoute varie selon les niveaux et les domaines. C'est une entreprise de longue haleine d'arracher à la parole quand elle sourd, les significations qu'elle véhicule, de les additionner, de les évaluer et de les engranger en forme théorique. A ce prix émerge du chaos un pays de langage, notre Occitanie, un pays imprévisible et qui doit étonner pour être.

L'Occitanie ne peut se réaliser sans déranger l'acquis de pensée comme les lignes d'action. Impossible de savoir à l'avance de point en point comment : il faut décider d'aller où mène le discours, sans jamais préjuger de ses conclusions. Félix Castan.

Mostra del Larzac 9 - IV - 74

 POST SCRIPTUM  :La notion de minorité nationale relègue la culture occitane en situation marginale. Nous sommes à l'étape où le mouvement occitaniste doit sortir de lui-même, projeter ses finalités dans des réalisations qui ne lui appartiennent pas en propre et qui découlent du cours même de la vie intellectuelle et civique dans chaque métropole et en chaque lieu d'Occitanie : choisir dans tous les cas entre deux concepts antagonistes, la créativité contre l'occitanité. COCAGNE

 FESTIVAL D'OCCITANIE AN III Par une curieuse évolution, les Festivals, c'est-à-dire l'aventure, d'expéditions en terre lointaine sont souvent devenus la facile proie estivale des organisateurs de spectacle : mondanité annuelle de province... Pour les troupes, après le travail de l'hiver, le moyen de survivre aux champs, en toute quiétude intellectuelle.

André Benedetto m'a dit, il y a un an, à Avignon nous reconquerrons tous nos lieux... C'est bien dans la perspective d'une reconquête que le Festival d'Occitanie procède à Moissac et à Montauban, dans ces deux quadrilatères majeurs du Cloître et de la Place Nationale.

Qu'est-ce que l'Occitanie, sinon d'abord des lieux qui portent en eux leur sens ?

Moissac, la jeunesse de l'Occident, Montauban la jeunesse de la bourgeoisie et du génie urbain. Jamais plus qu'à Moissac on n'a éprouvé au XIe siècle l'attraction de l'avenir et la novation civilisatrice, nulle part on ne saurait mieux apprendre le chant du renouveau, le grand printemps éternel... Jamais peut-être l'histoire n'a illustré de manière aussi exemplaire qu'à Montauban au XVIIe siècle la phrase fameuse de Frédéric Mistral :

Alor aviam de conse'e de grands ciutadins

 Que, quand sentian lo drech dedins,

Sabian laissar lo rei defora.

(Alors nous avions des consuls et de grands citoyens/qui savaient, lorsqu'ils sentaient le droit dedans/laisser dehors le roi.)

Un seuil est franchi. Trois thèmes directeurs désormais : l'Occitanie/le Baroque/la Ville.

On avancera la notion de Festival expérimental polyvalent (militant et non publicitaire).

Dix jours de chantier critique. Dix jours de confrontation interdisciplinaire : théâtre, musique, arts plastiques, cinéma, marionnettes, poésie éclairent de leurs irréductibles spécificités un même débat sur l’âme de la Ville.

 

ASSIEGES / ASSIEGEANTS

Nous trouvons si juste et si sainte

La cause que nous soutenons

Que nous n’avons aucune crainte

De la fureur de vos canons.

Nous n'en divertissons nos fêtes,

Nos enfants n'en baissent leurs têtes,

Et nos femmes, vous le savez,

Ont souvent d'un pierreux orage

Dessus vos têtes engravé

Les signaux d'un mâle courage.

 3 ème strophe d'un poème anonyme de 270 vers, dont Jean de Scorbiac, grand poète protestant de Montauban, âgé de 57 ans en 1621, semble l'auteur, ce dizain donne le ton de l'épopée que vécurent nos ancêtres assiégés par le Roi de France. L'apostrophe finale au Dieu biblique résume le conflit et l'enjeu :

Montre ta divine puissance,

Puisqu'on sen prend à notre foi

Sous le terme d’obéissance !

La place Royale était en construction au temps du Siège. Aujourd’hui Place Nationale, elle reçoit le Festival d’Occitanie. Que chacun médite sur les constantes et les paradigmes, surt la luette et sur ses termes, sur l’Etat et sur la conscience occitan, sur la foi décentralisatrice, et sur la forteresse de l’unitarisme…

LA GENEVE DU MIDI

La victoire de Montauban fut la victoire d’une haute conscience capable de cimenter une ville dans l’union sacrée. On s’attaquait à sa vocation hérétique, au cerveau de la Réforme : irréductible leçon…

UNE VILLE S’INTERROGE SUR ELLE-MÊME

Spectacle en forme de questions ; il justifie un Festival accordé à l’être et aux doutes d’une cité solidaire qui redresse la tête… Le Festival tout entier a pour but de marquer et de proclamer une identité urbaine, le « visage éclairé », aurait dit Bourdelle, d’une ville.

Félix Castan

 ESPACE SCENIQUE, André Benedetto

Il fallait un thème à proposer à une ville entière et qu'elle s'y confronte : depuis 9 mois maintenant, le thème est, à partir du Siège de 1621, celui de la ville d'aujourd'hui.

Il fallait que des habitants les plus divers donnent leur opinion là-dessus, qu'ils fassent part de leurs désirs et de leurs préoccupations. Il y a eu beaucoup de rencontres et des enquêtes. Et ce n'est pas fini.

Il fallait regrouper des garçons et des filles pour participer à l'élaboration du spectacle, prendre en charge l'interrogation et sa réalisation pour les transmettre à leurs concitoyens. Depuis Pâques ils sont avec nous une vingtaine.

L'espace scénique du 29 juin portera tout cela dans son tissu et celles et ceux qui viendront passer une soirée avec nous le percevront avec tous leurs sens. Nous souhaitons qu'ils en soient heureux.

LIBRE TOUJOURS...

1 Ce serait un espace comme

de grands bateaux qui se croiseraient

dans les brumes sans s'émouvoir.

 

2. Tout le monde Ceux qui viendront

Sur cette place ne trouveront pas de gradins

pour s'installer inconfortablement

On entend d'ici les exclamations les

hauts cris et les haut-le-cœur de ceux qui

savent ce que c'est le théâtre

Les bienheureux

 

3. L'espace un jour ne serait plus la jungle

Nous aurions dans la joie résolu la survie,

La peur ne serait plus qu'un jeu de société

Savez-vous que l'espace libéré des contraintes

des sièges fixes et des scènes plantées, que

l'espace articulé dynamisé dialectisé par les

éclairages, les musiques, les acteurs,

les spectateurs, les trois chariots sur pneus de

la SNCF.

Et tous ces chants

Et ces grands mouvements

Et ce carnaval de la nuit

Savez-vous que cet espace scénique libéré

Son drame malgré tout réside dans ceci :

qu'il procéde des rapports sociaux actuels fondés

sur l'échange des marchandises, mais qu'il contient

aussi – car nous extrapolons dangereusement –

des signes clairs de ce qu’il devrait être en nous

C’est sa contradiction.

Aussi camarades frères de lutte devons-nous maintenir

Cet espace sur une corde raide sans qu’il

Bascule jamais.

Rien, ne bouge. Rien ne sera immobile.

Tout est dans le rapport de l’un et de l’autre.

Et la vision.

Et l’espace scénique

Camarade c’est toi.

 

André Benedetto

Partager cet article

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans Benedetto Castan Caubère Lubat
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche