Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 09:57

 fotonoticia_20110519202759_500.jpg

Inévitable, après un voyage en avion le plus souvent il faut utiliser le taxi pour faciliter le transport des bagages et trouver plus aisément l’adresse de l’hôtel, même si je connais l’avenida Junin, lieu de ma destination. En conséquence, à Lima l’aéroport étant loin du centre de ville, j’ai eu le temps de parler avec le chauffeur du taxi de la fameuse photo qui a fait l’effet d’une bombe…, anachronique cependant. Un homme paisible dans sa conduite comme dans son propos me trouva fort au courant de la vie locale. Keiko Fujimori, les mains sur les hanches d’Hugo Chavez afin de faire un petit train classique dans les fêtes de jeunes ! « C’est de la vieille histoire me dit l’homme ! ». Chavez et le Pérou c’est une historie de toujours, une histoire de sa jeunesse de colonel admiratif devant les jeunes colonels de Lima qui installèrent au pouvoir le général Alvarado. En 2006, pour dénigrer Humala on en fit l’homme de Chavez, et la calomnie a continué en 2011, l’ambassade du Venezuela lui aurait versé de l’argent.

J’insiste auprès de mon chauffeur : « De l’histoire ancienne qui a fait que Montesinos s’est réfugié au Venezuela en l’an 2000 quand il a tenté d’échapper à la police péruvienne ? »

Sous sa moustache l’homme esquissa un sourire. Les embouteillages de fin de soirée lui laissèrent le temps d’une longue réponse : « C’est une photo de la fin juin de cette fameuse année 2000 qui commença si mal pour mon pays avec la réélection truquée de Fujimori. A Carthagène en Colombie – chez les rois de la danse – où il participait au Sommet du Groupe de Rio, il a voulu fêter son maintien dans la cour des grands. Sa femme l’ayant abandonné en 1994, c’est sa fille qui jouait le rôle de « première dame » et elle était là à titre protocolaire sans qu’il n’y ait eu ensuite de lien plus étroit avec le président du Venezuela. » Visiblement l’homme souhaitait s’en tenir à la version officielle. « Parlons alors des liens entre Montesinos et Chavez ? »

Nous arrivions à la Plaza Castillo et dans la cohue des taxis et des bus, le chauffeur me retourna une question : « Vous êtes journaliste ? » Ma réponse ayant témoigné de ma passion pour le Pérou populaire l’homme se dérida et sur un ton plus sincère me précisa : « En l’an 2000 le responsable des services secrets vénézuéliens était issu de nos propres services secrets, le SIN, car Chavez ne savait trop de quel côté se tourner pour avoir un homme de confiance, tout son pays étant tellement à la solde des USA. Voilà pourquoi Montesinos pensa, après quelques modifications de chirurgie esthétique, se fondre dans ce pays ami… mais c’est bien la police de Chavez qui permit son arrestation ? »

Comme si le Pérou n’était pas de son côté à la solde des USA : les papiers déclassés de la CIA permirent de découvrir comment Montesinos fut l’homme de la CIA, pour chasser les militaires progressistes du pouvoir ! Le clan Fujimori-Montesinos pensa, à partir de 1995, qu’il pouvait s’émanciper de la tutelle nord-américaine.

Nous approchions de notre destination et le moustachu décida de conclure notre conversation par l’évocation d’un autre paradoxe péruvien : « Ecoutez, laissez l’épisode de la photo et plongez vous plutôt dans l’entretien avec Alvaro Vargas Llosa qui vient d’être publié par le journal (je l’ai lu et je vous le donne). Vous aurez la confirmation que vous entrez dans un pays peu orthodoxe ! »

 

Une fois installé dans la chambre d’hôtel, j’ai décidé de ressortir pour aller m’asseoir sur les bancs de la Place d’Armes avec l’exemplaire du jour de la Republica afin de m’imprégner des dernières nouvelles. Et en effet, comme j’en avais vaguement entendu parler, je découvre le paradoxe : la famille Vargas Llosa confirme qu’elle va voter pour Humala et contre Fujimori.

Cette déclaration aura, sur les électeurs, moins d’impact que la photo, et Alvaro le reconnaît. Elle pose cependant des questions plus fondamentales, plus sérieuses. Déjà en 1990 Vargas Llosa, le candidat malheureux face à Fujimori, avait été sidéré : lui le défenseur inconditionnel du néolibéralisme made in USA découvrait que son adversaire était aidé par la CIA ! Est-ce une rancœur tenace qui pousse à présent les Vargas Llosa vers un homme qui représente tout le contraire de leur philosophie ? Je ne le crois pas car Mario continue sa croisade contre la gauche. Son soutien à l’actuel président chilien très à droite en est un témoignage. Cependant, dans son combat pour les valeurs libérales, Mario a toujours inclus un combat contre les dictatures de droite, et dès 1990 il avait effectivement pointé du doigt les futures dérives fujimoristes. Pour la CIA ces dictatures de droite ne sont pas un problème tant qu’elles assurent un contrôle du pays. Pour Alvaro, l’entretien le confirme, c’est un drame.

« C’est la candidate de l’establishment qui a été une partie du fujimontesinismo, qui ne s’est pas réformé et n’a pas rompu avec le passé au cours des dix années de démocratie. Au cours des années 90 la seule façon de faire des affaires c’était de passer par le SIN. Ce fut la forme la plus perverse de l’étatisme ! »

Cette analyse n’est pas un propos excessif d’Alvaro Vargas Llosa mais le reflet d’une réalité qui repose la question des liens entre la Mafia et le pouvoir péruvien. C’est quand les USA décidèrent que ces liens devenaient trop dangereux pour eux, que le régime fujimontesinos tomba par le seul fait d’une cassette vidéo (les vladividéos) transmise à une chaîne de télé ! Pour tenir le pays, Montesinos faisait filmer en cachette sur des cassettes les scènes de corruption. Un jour, une de ces cassettes est sortie au grand jour….

Le cas péruvien démontre que la mafia génère une destruction du capitalisme, et n’en est pas, comme le pensent certains, sa forme achevée. Vargas Llosa a pu analyser de près cette contradiction comme il a pu en analyser des tas d’autres qui font de son pays un laboratoire sans équivalent.  

Alvaro précise pour défendre Humala et le modèle brésilien auquel il se rattache à présent :

« Humala peut obtenir le meilleur du modèle brésilien en incorporant beaucoup de personnes des couches moyennes dans sa politique, se préservant ainsi des radicalismes et marginalisant les formes antidémocratiques qu’il pourrait susciter. Le fujimontesinismo garantit exactement le contraire : une radicalisation de l’opposition voyant arriver au pouvoir une mafia autoritaire. »

Quand on sait que le Paraguay voisin risque de faire élire un mafieux à la place de l’actuel président de gauche, le vote du 5 juin devient aussi emblématique que celui du Chili où un grand patron milliardaire a pu prendre les commandes.

Avant de partir me coucher j’ai eu le plaisir de découvrir que j’arrivais à Lima au moment où on fête par un spectacle inouïe à l’auditorium du Musée de la Nation, le centenaire de la mort de Jose Maria Arguedas. Vraiment je tombe à pic. 20-05-2011 J-P D

Partager cet article

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans amériques
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche