Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 novembre 2013 1 11 /11 /novembre /2013 20:18

monument-st-nicolas.jpg

 

Je connais parfaitement le monument aux morts de Saint Nicolas mais la présentation d'Antoine Prost que vient de reprendre La Dépêche me confirme qu'on ne regarde jamais assez les sculptures qui sont trop considérées comme un décor. Par exemple je n'avais pas noté que la semeuse est devant le laboureur ce qui est un paradoxe que peut-être le sculpteur aurait expliqué. Aussi nous reprenons la photo et l'article en se disant qu'on pourrait faire la même chose pour tant d'autres monuments.

 

Les secrets du monument aux morts de Saint-Nicolas le 11/11/2013

Le monument aux Morts de Saint-Nicolas-de-la-Grave est d’une lecture difficile pour plusieurs raisons.

La première est que son emplacement actuel, le long du mur de l’église, n’est pas l’emplacement primitif, sur le mur de la mairie. Il faudrait des photographies anciennes, de l’inauguration par exemple, pour savoir comment il était disposé. Apparemment, les deux plaques portant les noms des morts ont exactement la hauteur du bas-relief et elles étaient probablement scellées dans le mur de part et d’autre du bas-relief. Mon hypothèse serait qu’au moment du déplacement, on a installé le bas-relief sur un soubassement, parce qu’il était décollé du mur de l’église.

La question est de savoir si, dans le monument initial, il n’y avait pas une quatrième plaque de marbre, au-dessus ou en dessous du bas-relief, qui aurait porté la dédicace du monument. Dans tous les monuments, on trouve une épigraphe du type : «la commune de… à ses morts pour la France», ou simplement à ses morts, et les deux dates de 1914 et 1918. Ici, rien de tel. Le monument est totalement silencieux. L’était-il de naissance ? Ou l’est-il devenu quand on l’a transféré ?

Les noms des morts sont dans l’ordre alphabétique, ce qui est très courant, l’ordre chronologique, fréquent lui aussi, prend plus de place car aux noms et prénoms des morts il faut ajouter leur date de décès, ou au moins les classer par années, avec des intertitres : 1914 / 1915 etc. En revanche, on indique généralement le grade des caporaux, sous-officiers et officiers : ici rien de tel, l’égalité devant la mort est totale. Le monument fait abstraction des hiérarchies militaires.

L’iconographie est exceptionnelle, non seulement en raison de la qualité de la sculpture, mais de son thème. Pour aller vite, on peut dire que les sculptures soulignent la victoire, la résistance ou le deuil. Les premières montrent des victoires ailées et des poilus triomphants, qui brandissent des couronnes. Les secondes, des poilus en sentinelle, immobiles. Les troisièmes, le poilu mourant ou mort - il y a de très beaux gisants - et surtout la famille : femmes en pleurs, femme et enfant devant une tombe etc. Parfois, on trouve des poilus réalistes, crottés, marchant baissés ou lançant des grenades, mais c’est rare. Le soldat d’André Abbal n’appartient à aucune de ces catégories. Il est habillé réglementairement, avec ses bandes molletières, ses cartouchières, sa gourde, sa capote bien boutonnée. Il n’est ni blessé ni mort. Il n’est pas dans une position de combat, car il semble manifestement se reposer, mais il est en première ligne, car son fusil est dans un emplacement de tir, et ses grenades à portée de main. Il songe.

Il songe aux siens, qui sont représentés sur le bandeau supérieur. Le clocher d’une église et deux tours, difficilement identifiables, renvoient sans doute à l’église de St Nicolas (le clocher lui ressemble) et au château. Il s’agit en tout cas du monde perdu de la vie d’autrefois, et des travaux des champs. Un homme - impossible de dire si c’est un fils ou un père - laboure avec une paire de bœufs. Devant lui, ce qui est paradoxal, car le labour est premier, une femme sème le grain.

Je ne pense pas qu’il faille faire une lecture pacifiste de ce monument, en l’absence de toute épigraphe. Il ne connote ni la mort ni l’horreur des combats. Il n’a rien d’idéologique. C’est un soldat qui songe aux siens, un civil sous l’uniforme. Par quoi ce monument restitue au poilu son identité sociale et humaine. C’est ce qui le rend si vrai et si émouvant.

Cet historien vient de remettre un rapport au ministre délégué aux anciens combattants, Kader Arif, concernant les conditions de réhabilitation des soldats fusillés pour l’exemple.

Antoine Pros

Partager cet article

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans tarn-et-garonne
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure
  • Le blog des Editions la Brochure
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche