Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juin 2009 2 02 /06 /juin /2009 13:31

Avec Raoul Verfeuil

 

Dès 1983 avec l’ami Marcel Maurières nous avons évoqué ce Tarn-et-Garonnais inconnu auquel j’ai consacré en 1993 une brochure. Grâce à l’envoi de ce document par René Merle nous allons entamer un travail autour de ce militant socialiste puis communiste puis socialiste-communiste. Avec des publications surprises !


Pour la médaille du jeune Verfeuil, à suivre.

 

L’ENCYCLOPÉDIE socialiste, 1914. Tome II.

Les Fédérations socialistes : Fédération du Tarn-et-Garonne

Il existait à Montauban, il y a une vingtaine d’années, un groupement, à tendances socialistes qui s’appelait « Les Chevaliers du Travail » ; reconstitués quelques années après, à la suite d’une conférence de Zévaès, délégué du P.O.F, les Chevaliers du Travail adhérèrent à cette organisation nationale. Parmi les adhérents de ces vieux groupements restés fidèles au socialisme se trouvaient les frères Abbès, les citoyens Coujoulou, Taillefer, Soulé, qui sont pour la plupart encore adhérents au Parti. Le docteur Bach, de Toulouse, visita souvent le Groupe de Montauban ; il donna des réunions sous ses auspices et représenta les socialistes  de cette ville dans les congrès du Parti Ouvrier. Des dissensions personnelles s’élevèrent au Groupe et eurent comme suite la naissance d’un autre Groupe, « La Jeunesse Socialiste »,  fondé par le citoyen Niel, qui adhéra au P.S.R.

A Moissac, à Valence-d’Agen, deux groupements se constituèrent et, sous l’inspiration de la « Jeunesse Socialiste » de Montauban, adhérèrent également au P.S.R, tandis que le groupe d’Auvillar, « La République Sociale », s’affiliait au P.O.F. En 1903, tous ces Groupes étaient disparus, et seuls les socialistes de Montauban avaient reconstitué le Groupe dont Henri Niel était le secrétaire. Après une réunion du citoyen J.Monties, le Groupe de Montauban donna son adhésion à la Fédération de Gascogne et se fit représenter à ses Congrès de Saint-Clar (1903) et Dunes (1904). Mais il était peu nombreux, composé d’éléments hétéroclites et sans aucune influence sur la vie politique montalbanaise. Le groupe de Valence-d’Agen avait eu une existence intermittente. Ses principaux militants, Dupin, Roubert, Filhol, le reconstituèrent à plusieurs reprises ; il présenta à plusieurs élections cantonales Filhol et Roubert ; en 1905 il adhéra également à la Fédération de Gascogne. Celui de Montauban n’existait plus en fait. Mais il s’était formé une Jeunesse laïque à tendances socialistes et révolutionnaires qui symbolisait le mouvement d’avant-garde et d’où devait sortir quelques bons militants du futur Parti unifié ; entre autres les citoyens Raoul Lamolinairie, Emile Poujol, etc. Après la constitution de l’Unité, le Groupe de Montauban se réorganisa, à la suite d’une conférence publique donnée sous les auspices de la Jeunesse laïque par C.Sabatier, professeur à la Faculté de Toulouse. Un jeune militant, René Cabannes, apporta une courtoise contradiction. La sympathie avec laquelle il fut écouté enhardit quelques socialistes : Raoul Lamolinairie, Terrieux, etc., qui approuvèrent les doctrines collectivistes défendues par Cabannes et se prononcèrent contre un ordre du jour en faveur du ministère Clémenceau. Plus de cent auditeurs les suivirent. Ce fut le point de départ d’une nouvelle action socialiste à Montauban. Malgré le milieu particulièrement ingrat, où les travailleurs sont absorbés par la lutte entre un parti réactionnaire très puissant et un parti démocratique fortement outillé, l’idée socialiste commence à germer ; les premiers bourgeons de l’arbre sont éclos successivement à Caussade, Septfonds, Finhan, Moissac, Beaumont-de-Lomagne, Laguépie, Bruniquel, Verfeil-sur-Seye, Molières et Verdun, où des groupes du Parti militent très activement. Ces groupes, avec celui de Montauban, fondèrent, le 19 juin 1910, au Congrès de Finhan, la Fédération du Tarn-et-Garonne. L’année suivante, à son Congrès de Laguépie, la Fédération désigna comme secrétaire général E.Bardiès, professeur de sciences démissionnaire, qui, après une vigoureuse campagne électorale contre Cruppi, à Toulouse, se consacra au développement de la Fédération du Tarn-et-Garonne par de nombreuses conférences dans tout le département. La trésorerie générale fut confiée à Gouffé, ouvrier plombier-zingueur qui, avec Lamolinairie, collaborateur au « Midi Socialiste » sous le pseudonyme de Raoul Verfeuil, furent les premiers artisans de l’œuvre d’organisation. Terrieux, Abès jeune, serrurier, Montsarrat, commis des P.T.T à Montauban, sont les principaux militants de la Fédération. Les socialistes de Montauban présentent deux candidats aux élections municipales de 1908, Terrieux et Barrière, sur une liste de coalition républicaine. Ils sont élus tous deux . Une liste partielle autonome, violemment combattue par les radicaux et quelques transfuges des anciens groupements, échoue en 1912. Mais la municipalité de Laguépie est conquise. Aux élections législatives de 1910, le citoyen Terrieux obtint 1890 voix dans la circonscription de Montauban. A Montauban, les militants socialistes ont fondé une coopérative. Ils ont fait élire deux conseillers prud’hommes, Barrier, ouvrier imprimeur, et Barrière, ouvrier menuisier, qui ont depuis abandonné le Parti. Aux élections législatives de 1914, ils ont présenté deux candidats : le citoyen Eloi Hébrard, conseiller municipal de Verfeil-sur-Seye, pour l’arrondissement de Montauban, et le citoyen Raoul Lamolinairie, pour l’arrondissement de Castelsarrasin. Hébrard a obtenu 1160 voix et Lamolinairie 881 dans des conditions de lutte particulièrement difficiles. La Fédération du Tarn-et-Garonne est appelée à prendre prochainement un grand développement. »

 

Partager cet article

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans raoul verfeuil
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche