Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 janvier 2009 5 30 /01 /janvier /2009 11:27

Débat sur la laïcité à Cabestany

 

Le contexte : un festival de cinéma Maghreb si loin… si proche. Des organisateurs divers d’un colloque sur la double discrimination (genre et origine) : l’université de Perpignan, l’institut régional du travail social, et l’agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances. L’après-midi du 23 janvier, un atelier porte ce titre : « Espace laïque et développement des replis identitaires ». L’intervenant : M. A. Mniai, professeur d’arabe et président de l’association « Coup de soleil » pour les Pyrénées Orientales.

En introduction, des apports classiques et utiles sur la fonction de la laïcité dans nos sociétés. Permettre le dialogue, sortir de l’ignorance, et développer le droit au débat. Dans la discussion, le retour sur des schémas habituels. Parler de la laïcité, c’est aussitôt parler de l’école. Combien de fois la question de la laïcisation des hôpitaux a-t-elle été évoquée dans de telles rencontres ? Je ne rappelle pas cet exemple pas pour fuir le débat sur l’école, mais le relativiser, car sa complexité naturelle permet souvent de contourner le débat sur la laïcité.

Un exemple : à l’école, comme le voulait Jospin en 1989, l’élève est-il au centre du processus éducatif ? Pour certains, l’élève a toujours été au centre, et pour d’autres, ce sont les disciplines qui sont au centre ! Débat typiquement biaisé : on est à l’école pour apprendre, donc le savoir est au centre, mais apprendre aux enfants, ce n’est pas la même chose qu’apprendre aux animaux, donc ça suppose une pédagogie, plus ou moins assimilée, mais une pédagogie tout de même, pour aider à l’acquisition de connaissances. Par la pédagogie, l’enfant est au centre. Quel lien avec la laïcité ?

La laïcité obligerait les jeunes à laisser le fait religieux à l’entrée de l’école, les contraignant ainsi à masquer un des piliers de la construction de leur identité.

A partir du rapport Debray de 2001, une intervenante évoquera la question devenue classique de l’enseignement du fait religieux à l’école. Dans le débat nous assisterons à la non moins classique inversion des valeurs ! « Quand, la laïcité commencera-t-elle à être tolérante ? » « Quand, les intégristes laïques cesseront-ils leur guerre contre la religion ? »

Sans avoir écrit jusqu’à présent le mot « islam » le lecteur devine aisément que derrière cette question, c’est la place de l’islam qui est évoquée. Pourquoi ? « Des personnes marginalisées ne pouvant s’appuyer que sur la religion pour se construire une identité, il devient mutilant pour elles de devoir laisser la religion dans la sphère privée. » Et ceux-là même qui mettent la question musulmane au cœur des préoccupations, ajoutent ensuite qu’il ne faut pas stigmatiser l’intégrisme islamiste car cet intégrisme est commun à toutes les religions.

Inversion des valeurs ? Dans le monde, les pires crimes furent et sont commis au nom des guerres religieuses, et ce serait « l’intégrisme laïque » qu’il faudrait mettre au pilori ! Tout le mal social ne viendrait pas des luttes de pouvoir des cléricaux, mais des règles laïques ! Il suffirait à l’école d’enseigner le fait religieux, et le « vivre ensemble » ferait de grands progrès ! L’histoire nous l’a appris : plus les religions dictent LEUR « loi » à une société, et plus la guerre sociale se développe. Concernant l’école, la laïcité a travaillé à distinguer : un savoir basé sur un dogme (la théologie) et un savoir basé sur une recherche (la philosophie, la science etc.). Le premier savoir appartient à la sphère privée, le deuxième à la sphère publique. Compris ainsi, le fait religieux est largement présent en cours d’histoire, en littérature, en art mais aussi en science. Qu’il faille améliorer cet enseignement, tout comme les autres, qui peut être contre ? Il faut améliorer les formations, les programmes etc. La laïcité n’a jamais prôné la guerre contre les religions qui sont au cœur de toutes les histoires sociales, mais refuse de mettre sur le même plan la théorie de l’évolution et le créationnisme. Le savoir, loin de la discussion d’opinions, assure la construction d’une argumentation non soumise à Dieu, à charge ENSUITE à chacun de placer Dieu où il veut. Or, depuis toujours TOUS les clergés refusent d’admettre toute autonomie du savoir.

Prenons une exemple pour terminer. Là où j’habite, une jeune femme qui veut apprendre l’arabe, s’adresse aux organismes classiques de formation continue qui la rassurent par une réponse affirmative. Ils donnent l’adresse du service en question. Et à la réponse de la femme : « Mais c’est l’adresse de l’imam ? » ils répondent étonnés : « Mais bien sûr ! ». Combien de Français ont intégré que pour l’arabe, son enseignement doit passer par l’autorité religieuse ? Et ensuite on dira que la laïcité est trop dominante ! La laïcité est malade et notre société souffre beaucoup plus de ses maux que de ses « exagérations » qui peuvent être réelles mais si rares !

De mon côté j’ai essayé d’évoquer deux questions : le professeur d’arabe indiqua qu’il se définit de culture musulmane car le terme « musulman » n’est pas seulement attaché à une religion. J’ai rappelé qu’en Italie, le crucifix est imposé dans les écoles publiques car pour le Vatican, il est un signe de la culture italienne ! Confondre un terme religieux et une culture c’est assurer la victoire du cultuel sur le culturel ! Et sur un autre point j’ai évoqué le cas de la Bolivie qui vient de se donner une Constitution qui permet enfin d’éviter que la religion catholique soit religion d’Etat. Conséquence pratique : dans les écoles il faudra dorénavant enseigner les principes de la religion catholique à côtés des principes des religions indiennes. Je prétends qu’un cours, quel qu’il soit, d’enseignement du fait religieux, est impossible en soi. Le fait religieux est par contre inévitable dans l’enseignement de diverses disciplines, pour rappeler par exemple que la préhistoire a mis des décennies avant d’exister car elle heurtait les principes de la Bible !

27-01-2009 Jean-Paul Damaggio

Partager cet article

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans laïcité
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche