Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 décembre 2008 2 16 /12 /décembre /2008 14:46

Plutôt que d'écrire sur la "mondialisation", lisons les anciens

Léon Cladel :
Justïn Capûs, le farinier du moulin de Moissac

- 1874 -

 

  

Ferrugineux entre tous les affluents de la Garonne en laquelle il se perd au-delà de Boudou par son unique embouchure, le Tarn, né dans les Cévennes, au Mont Lozère, après avoir arrosé Millau, Gaillac, Albi, Villemur, Montauban, et qui a déjà reçu depuis sa source la Dourbie, le Dourdou, la Rance, et l’Agout, roule aux pieds de La Française et de Camparnaud ses ondes rouges et fumantes comme le sang des vignes riveraines et celui des terriens d’alentour, où, sans se confondre avec elles, fluent, encaissés dans le même lit, les flots invariablement jaunes du Tescou et ceux toujours verts de l’Aveyron absorbés à la pointe du Saula, rencontre à Sainte-Livrade une double ligne de barrages qu’il franchit et puis se heurte, accru de divers ruisseaux, tels que le Lemboux, la Gourgue, l’Anet et le Lemboulas, aux digues monumentales du moulin de Moissac :

- Un habitacle des plus cossus, affirment les rustres des environs, admiré de tous à plus de trente lieues à la ronde et non moins propre que bien famé...

C'est un vaste édifice sans ornements, bâti sur pilotis, et sous les voûtes de ses inébranlables assises passent toutes les eaux de la rivière qui, si longtemps, animèrent les puissantes roues hydrauliques motrices de ses vingt-quatre meules de grès, ronflant alors de l’aube au crépuscule, en toute saison. Aujourd'hui tout est bien changé là ! Non moins silencieuse que ces farouches moustiers croupissent encore trop de moines oisifs et que ronge le feu charnel, l’usine, adossée aux talus d’une grève qu'embaument les parfums du cytise et qu’ombragent les ormes séculaires peuplés de becs-fins, y chantant depuis les premiers soleils d’avril jusqu’aux approches du solstice d’été, plonge toujours ses piliers de granit dans les remous limoneux qui la baignent, mais à ses portes étoilées de clous et garnies de heurtoirs en fer forgé ne se pressent plus en foule les chars à bœufs, les charrettes limonières attelés de cinq à six étalons en arbalète, ni les bêtes de bât, ânes, mules et juments qui, naguère, y entraient et sortaient chargées de sacs de grains ou de farine. Ah ! c’est qu’elle n’expédie plus, de même qu’autrefois, ses moutures au Midi de la France ni dans les deux Amériques ! Son commerce déjà réduit par la concurrence de beaucoup d’établissements installés au cœur des régions limitrophes de la localité, les Yankees l’ont ruiné totalement en jetant sur nos marchés des bords de l’Océan, non seulement des blés d’outre-mer moins coûteux que les nôtres, mais aussi des farines sinon supérieures, au moins égales à celles du pays estampillées des meilleures marques. Si les maîtres meuniers et les minotiers de la localité, vaincus par l’étranger, ont baissé pavillon, ils ne souffrent guère en somme de l’anéantissement de leur industrie. Enrichis par tout un peuple d'actifs et fidèles serviteurs, ils mangent leurs rentes sans entamer le capital et, pour elle, le chômage du grand tric-trac de la contrée ne les empêche aucunement, mariés ou non, de s'empiffrer très souvent, en compagnie des noceuses de la Guyenne et du Languedoc, ainsi que par le passé. Quant à leurs anciens salariés, les débardeurs, les bateliers, les charrieurs, c'est une autre paire de manches ; ils ont maigri, ceux-là ; n'ayant, après vingt-cinq ou trente ans de travail acharné, ni le moindre lopin de terre à cultiver, ni même un sou vaillant, et la plupart de ces «valets» errent tout désœuvrés et faméliques autour de la colossale bâtisse autrefois si bruyante et maintenant muette, où maint patron s'est engraissé de leur besogne aussi dure que celle des forçats, et de la sueur sanguinolente qui, pendant un quart de siècle, a coulé de leurs corps endoloris.

 

- Eh bé ! vous, eh bé ! s'écriait, il y a quelques mois, un de mes compatriotes que j'affectionne pour sa franchise à toute épreuve et sa rare délicatesse, est-ce exact, est-ce bien vrai, cela ?

L'agreste et majestueux septuagénaire, à qui avait été adressée à brûle-pourpoint cette interrogation, ex-farinier de la glorieuse manufacture éclipsée, se dressa, regarda le ciel, la terre et l’eau, retomba sur le banc de pierre scellé dans une paroi de briques au seuil des hangars encombrés jadis de charrois, et répondit :

- Oui, méou !

 

Nature primitive et fruste entre toutes, cet âpre tâcheron, aussi rugueux, aussi doux que le paysage ambiant, était là vraiment fort bien dans son cadre et semblait non moins inhérent à la rive que les arbustes et les plantes aquatiques d’alentour. Ayant servi cinquante-quatre ans sous ce toit quasi désert, il demeurait tout à côté dans une hutte au-dessus des berges, inamovible et résistant, tel que les blocs de calcaire sur lesquels s'érigeait la « moulinasse ». En dépit de ses soixante et onze ans et quoiqu'il eut abondamment neigé sur sa tête de Romain, noueux et solide comme les chênes qui donnèrent leur nom à notre province, il n’avait rien de sénile encore et, Ventre-Dieu ! nul poussin n’apprendrait la musique à ce crâne coq ! Que des faix écrasants longuement appliqués sur ses épaules athlétiques l’eussent tassé sur lui-même en enfonçant son cou d'Hercule dans sa poitrine velue comme le fanon des buffles, soit, oui, d'accord ! et qu'à force de supporter le poids de ses reins toujours pliés sous des balles pesant de deux à trois quintaux, ses jambes semblables à des colonnes lui fussent un peu rentrées dans le ventre, il se sentait néanmoins de la poigne et du courage autant qu’en sa jeunesse, et la panse ainsi que la caboche toutes pleines « d'innocence» attendu qu'il n’avait jamais failli, lui, Justïn Capûs, aucun n’en ignorait, et, par sa simplicité patriarcale, il s’était acquis une belle réputation ; assez volontiers, on vantait partout ses exploits, entre autres celui-ci qui le popularisa légitimement dès sa maturité.

 

Festinant avec quantité de ses pareils aux étangs de Budail, le lundi de Pâques, il avait, lui, plus sobre d'ordinaire qu'un baudet, « empli toute sa contenance » et digérait tranquille au milieu de ses commensaux, heureux comme eux d'avoir au moins une fois en sa vie bu selon sa soif et mangé selon sa faim. Mais voici que des sons indécents frappent son oreille, il entr'ouvre ses paupières mi-closes et, de l’autre côté de la table, aperçoit un malotru feignant de se torcher le dos avec ce qui restait d'une énorme miche dorée. Une telle indignité lui parut un sacrilège, à lui qui, de même que les pasteurs et les semeurs antiques adorateurs de Pan, honorait et vénérait cette féconde mère qui, toujours généreuse, nourrit du fruit de ses entrailles chacun de ses fils, même les ingrats qui la méconnaissent ou l’outragent.

« Enfants, s'écria-t-il en se dressant, terrible et solennel comme un juge biblique, il est mal d'en agir ainsi, rien de plus laid à mon sens ; il faut respecter les dons de la terre, et quiconque outre-passe cette loi, mérite d’être puni ; toi, là-bas, pacant, tâche de ne pas recommences ou gare ! »

Impertinent et comptant d'ailleurs sur ses muscles d’acier, l’autre, au lieu de se confondre en excuses, foule sous ses orteils la croûte et la mie du chanteau, puis crache dessus. En un clin d'oeil, l'impie fut colleté. La lutte ne dura guère ; elle allait se terminer par l'exécution du coupable sur la gorge de qui s'appuyaient deux genoux furieux ; soudain, aidé par quelques-uns de ses camarades qui s’interposent, il se dégage et, redoutant la colère du justicier dont le poing formidable s’était abattu sur une cloison qui croulait, il se précipite, afin de se soustraire à la massue de nouveau levée sur lui, par une fenêtre grande ouverte et choit au fond d'une lagune où grouillent pêle-mêle des têtards et des rats d'eau ; le vengeur l’y suit par le même chemin et, l’ayant saisi sous les aisselles en pleine bourbe, l’en retire presque asphyxié, puis le traînant devant les convives accourus, il le contraint, en leur présence, à demander pardon au Seigneur Dieu le Pain !...

 

- Ainsi donc, parrain, reprit le visiteur, ça ne marche pas ici ?

- Du tout, du tout ; les turbines ne vont plus, il y a près de trois ans qu'on n'a pas réparé d'aubes ni d'augets et les gabares moisissent loin des écluses. Sang-bleu ! Pendant que, spahis contre ton goût, tu traquais les moricauds là-bas, au diable, ici la dégringolade commençait, et nous avons pâti ferme en ces parages depuis que tu habites la Capitale. Il a dû te renseigner sans doute à ce sujet, ton papa, mon loyal compagnon. Nenni ! Tout n’est pas rose en ce monde et l’on se lasse d'espérer quand on souffre trop ; pourtant, à ce qu'il paraît, nous toucherions à la fin de nos misères. On parle de rouvrir la boutique ; en ce cas, adieu les soucis et vive toi, moi, celui-ci, celui-là, les autres et tout le monde enfin !

- Ne vous y fiez point ; en effet, l’an dernier on en eut l’intention, mais, à présent, on y a renoncé.

- Renoncé, Sabbat de Diou ?...

- Par malheur, oui !

Bondissant, hors de lui, se secouant dans son sayon tout reprisé de toile écrue, le rude bonhomme ajustait machinalement ses bragues usées jusqu'à la corde et tout à coup son mâle visage, enfariné comme autrefois, celui de quelque Pierrot des Funambules, se plissa douloureusement :

- Tu plaisantes?

- Hélas ! non pas.

- Si fait !

- Oh non, certes !

- Si, si ! tu ris ?

- En aucune façon.

 

Une inexprimable angoisse détendit les mâchoires contractées du chenu mercenaire qui se frappait la poitrine et dans ses prunelles humides passa ce regard stupide et désolé des vaillants bœufs de labour à jamais sevrés de la charrue.

- Ah çà ! mignot, tu supposes, interrogea-t-il en surmontant sa torpeur, tu penses qu'on n’ouïra jamais plus de tic-tac, là-dedans ; Explique-toi, voyons ?

- Hé bien, écoutez...

Il ne fut pas aisé de dissuader ce digne et robuste rural en cheveux blancs à qui chaque parole entrait au cœur comme un couteau. Ne comprenant absolument rien aux vicissitudes des empires non plus qu'aux révolutions scientifiques ou commerciales, illettré, ne sachant même pas ce qu'on entendait par exportation, importation ou transit, il s'était toujours figuré, dans son chauvinisme héréditaire, que si nous avions eu le dessous sur les champs de bataille, l’unique faute en était à « ce maréchal de pacotille, espèce de guerrier sans amour-propre et sans vertu, qu'on aurait dû mettre en cage à l’instar des hyènes et des vautours» et que l’étranger, incapable de nous affronter en rase campagne, ainsi que sur nos marchés, serait battu bientôt à plate couture en tous lieux, et que par conséquent la grande et malheureuse France redeviendrait prospère, et qu'à Moissac en Quercy le chômage ne s'éterniserait pas ! Or, voilà maintenant que ses tenaces illusions s'arrachaient de lui toutes ensemble et l’abandonnaient une à une...

 

- A l’âge que j'ai, faudrait-il donc m'expatrier, pitchounot, et quitter tout ça ! soupira-t-il en embrassant d'un coup d'œil circulaire les plaines grandioses se déroulant à ses pieds et les magiques montagnes d'alentour réfléchies dans les limpides profondeurs du fleuve aux bords duquel les siens, tous les siens et lui-même étaient nés ; ô toi, très savant, toi, le fils du seul de mes camarades qui partageait avec moi sa pitance à peine suffisante pour lui, toi, filleul, apprécie et juge sainement ma position, elle n’est plus tenable, et trois fois miracle si je suis encore là ! Depuis six ans, toutes mes ressources consistent dans l’hectolitre d’orge, de seigle, de maïs ou de sarrasin que me sert chaque mois à titre de pension le richard à qui j'en ai peut-être fait gagner un million. On n'a que ça pour vivre, rien que ça. Ce n’est pas trop ni même assez. Encore si ma fière marmaille était là ! je lui rendrais bien en trimant la soupe et la piquette qu'elle m'aurait fournies, soit l’hiver, soit l’été. Partis mes trois gars ! ils dorment à côté de ma femme en un coin du cimetière ; ma fille unique, il vaudrait peut-être mieux qu'elle fût morte aussi. Quelqu'un lui avait juré qu'il l’aimait, elle crut cela, son sang l’étourdit, elle ne résista plus à qui lui promettait mariage et le brigand était marié. Pécaïre ! Elle fila vers Bordeaux avec la demi-créature qui respirait en son sein, et les dernières nouvelles que j’en eus datent de l’autre fenaison, un an tout à l’heure. Elle me manda qu'elle me chérissait tant et plus, qu'elle me serait dévouée jusqu'au dernier soupir, mais qu'elle n'oserait jamais reparaître en ma présence. Ainsi, me voilà seul, tout seul, la bicoque où je réside ne me rappelle guère que des deuils et pourtant j'aurais bie n souhaité d'y finir. On peut à l’occasion être utile à beaucoup de gens en ces contrées. Il y en a toujours qui sont exposés à se noyer et d'autres à se brûler, aux environs. Aussi fin nageur que bon pompier, j'en ai sauvé plus d'un qui pintait à tire-larigot en pleine limonade ou qui se rôtissait en quelque étable. Etre fort comme un cric et ne pas trouver d'ouvrage, ah ! c'est ça qui m'extermine ! On m'en a refusé partout, et pourquoi ? Mon cher, en voici la raison : Un jour, on me demandait auprès de Saint-Pierre-ès-liens si j'étais rouge ou blanc, ou bleu ? Je ripostai que je ne m'occupais pas de politique et que toutes les couleurs m'étaient égales. «Seulement, ajoutai-je, à mes yeux de républicain qui ne fait pas métier de son opinion, il n'y a qu'une chose d'intéressante : il convient que si le riche vit les bras croisés, le pauvre, lui, vive en les remuant, et s'il est infirme, qu'il soit entretenu. Mendier, on préfèrerait dix et même cent fois être décapité, noun de Diou !...»

Ma repartie ne plut à personne, et je n’en reviens pas ; c'est si juste cependant ; tous si nombreux que nous soyons sur cette boule ou nul n'a réclamé l’avantage de croître, ne sommes-nous pas tombés de la verge du même père en admettant que quelqu'un du ciel nous ait créés, ou sortis du sein de la même mère, en, supposant, ainsi que l’enseignent une masse de sapients, que la terre, cette noble femelle, nous ait enfantés sans avoir eu le moindre commerce avec un mâle de là-haut ou d’ailleurs. Si, donc, nous provenons de la même source, où qu'elle soit et quelle qu'elle soit, au-dessus de nos fronts ou sous nos orteils, il est clair qu'en ce cas la peau du gueux est la sœur de celle du capitaliste et qu’entre frères celui qui possède est tenu de soulager celui qui n'a pas. On m'impute à crime une telle croyance et personne ne me pardonne d'avoir osé penser et parler ainsi ; je n'y conçois rien et j'en suis ébaubi ! Bref, enfin voilà : Ce nid autour duquel on a germé, poussé, grandi, l’on n'y trouve rien à paître, et peut-être serai-je obligé d'en déguerpir avant peu. Les gazettes qu'on m'a lues assurent que tous les ans en cette ville des villes où tu vas retourner, toi, menu, dès demain, il y a chaque année un concours de domestiques. S'il en est ainsi, j'irai là-bas. Honnête, irréprochable, je m'en félicite, et d'ailleurs n'ayant à perdre que ma carcasse, je la donnerai tout entière à qui... m'emploiera. C'est décidé !... Donc... (et comme s'il avait été sur le point d'accomplir son exode et de consommer son suprême sacrifice, il adressa un adieu prématuré à sa terre natale, en qui se concentrait tout l’amour qu'il avait eu pour les membres disparus ou dispersés de sa famille) donc, un signe, un mot de toi, je pars ; si l’on m'a trompé, par hasard, et qu'au grand village il n’y ait rien de mieux qu'ici, bonsoir ! en ce cas, on se boute une pierre au cou, l’on s'engloutit, et ma chair aura du moins engraissé les carpes et les aloses... Ah ! retire-toi, tout de suite, acheva-t-il en sanglotant, va-t'en, je ne veux pas, conscrit, que tu voies pleurer un vétéran de ma taille et de ma valeur...

 

Or, après m'avoir rapporté, vingt-quatre ou quarante-huit heures plus tard, cette confidence dont il était encore tout ému, mon ami, l’opiniâtre viticulteur, Paul Tédié, lequel délivrera, je l’espère, nos vignobles du phylloxéra qui les rouge et les tue, me dit textuellement ceci :

« Je suppose, en y réfléchissant, que mon parrain, en parlant d’un concours de domestiques, a voulu m’indiquer le prix de Monthyon ; essayons-y, tâchons qu’il l’obtienne l’an prochain... »

Naïf, n’en déplaise à certains rusés qui me mesure à leur aune, naïf autant que mon interlocuteur et son protégé, je me chargeai de prôner ce candidat du travail et, de la misère et de la probité. Fidèle à ma parole, je le recommandai de mon mieux à quelques immortels qui se meurent à petit feu sous la coupole de l’Institut. « Tout homme de peine, leur dis-je, en vaut un autre, et celui-ci l’emporte sur vous tous, si laborieux que vous soyez. » Ils me promirent tout, mais ne tinrent rien, ces messieurs si bien emmitouflés, et Justïn Capûs s'en alla dans l’autre monde ainsi qu'il était venu dans celui-ci : nu comme un ver. Requiescat in pace! Qu'il n’en soit plus question : Amen.

11 novembre 1882. Léon Cladel

Partager cet article

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans tarn-et-garonne
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche