Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juin 2008 4 05 /06 /juin /2008 09:32

Discours imaginé de Sarkozy à Montauban le 28 juillet 2008[1]

 

En cette année 2008 le Tarn-et-Garonne fête le Bicentenaire de sa naissance. Le hasard a voulu qu’un des habitants de ce département tardif (J-B Pérès) écrive en 1835 : Comme quoi Napoélon n’a jamais existé (texte disponible sur internet). Alors comment a-t-il pu créer le TetG ? En conséquence, Léon Dunara, un écrivain vivant ses derniers jours, décida d’écrire : Le Tarn-et-Garonne n’a jamais existé, Editions La Brochure, 82 pages, 5 euros ISBN : 978-2-917154-15-1

Comme Nicolas Sarkozy va venir fêter l’événement il a imaginé le discours de circonstance que nous vous offrons ici.

 

 

 « La France qui, par-delà ses différences, ne cessede délivrer à tous les hommes un message de paix et de fraternité, un message de tolérance et de respect, a souvent été détournée de sa vocation. En cette ville de Montauban, je veux répéter que beaucoup de crimes intérieurs ont détruit les libertés locales, pour faire de Montauban en Bretagne la sœur jumelle de Montauban en Quercy, comme beaucoup de crimes coloniaux ont été commis au nom de la France, alors qu’il s’agissait d’une trahison de la France.

Les crimes qui ont été commis étaient dictés par le sectarisme et par le fanatisme dont la population de cette ville a fait les frais pendant les guerres de religion et après, quand le sentiment religieux a été instrumentalisé pour servir de prétexte à d'autres objectifs que la construction de notre pays.

Tous ces excès, toutes ces dérives doivent-ils nous amener à condamner la France ? Non, bien sûr : le remède serait pire que le mal. En tant que chef d'un Etat dont la politique repose sur l’amour de la France, j’ai été obligé de dire : la France on l’aime ou on la quitte. Je n’ai pas à exprimer ma préférence pour l’Occitanie, le Dauphiné, la Normandie ou la Bretagne. Je dois respecter toutes les Régions, garantir que chacun puisse librement y vivre dans la dignité. Et j’ai le devoir aussi de préserver l’héritage d’une longue histoire, d’une culture, et, j’ose le mot, d’une civilisation. Dans le fond de chaque civilisation, il y a quelque chose de religieux, quelque chose qui vient de la religion. Et dans chaque civilisation, il y a aussi quelque chose d’universel, quelque chose qui la relie à toutes les autres civilisations.

Montauban la protestante a su faire la paix avec Montauban la catholique pour prouver que la France est le pays qui a su organiser la paix civile. Malgré la Révolution qui voulut privilé-gier un temps Cahors la catholique, Montauban sut attendre son heure paisiblement et en fut récompensée par le juste geste de l’empereur Napoléon.

Depuis que la civilisation est apparue face à la barbarie, depuis que les relations entre les hommes ont cessé d'être exclusivement fondées sur la brutalité et sur la violence, depuis que par un effort toujours recommencé sur lui-même l’Homme a cherché, sans toujours y parvenir, à domestiquer ses instincts, les civilisations se rencontrent, dialoguent, échan-gent, se fécondent les unes les autres. Aussi, je veux relancer ici, sur les bords du Tarn, en cette ville courageuse que Madame la députée-maire a su hisser au rang de symbole de l’histoire, un appel en faveur de la paix. Montauban l’Occitane le mérite. Madame la députée-maire n’a-t-elle pas démontré dès 2001 qu’un candidat à un poste électoral pouvait marginaliser les extrêmes et plus particulièrement le Front national ? C’est là une œuvre de paix ! Mérite qui n’est pas moins grand que celui du Président du Conseil général dont je salue ici les qualités politiques.

Mais il n'y a pas de civilisation qui ne soit le produit d'un métissage. Et quel plus grand métissage que celui né sur la terre occitane ? Comment ne pas rêver à des liens entre Occitans et Indiens des Amériques[2] ? Comme l’indiqua de très belle manière le chef indien Seattle : « Nous savons au moins ceci : que la terre n’appartient pas aux hommes, ce sont les hommes qui appartiennent à la terre ». Je me plais donc à répéter ce que j’ai dit ailleurs[3] : « L'Homme n’est pas sur Terre pour détruire la vie mais pour la donner. Il n’est pas sur Terre pour haïr mais pour aimer. »

Il ne s’agit pas de chercher à imposer un modèle unique de civilisation. Ce serait répéter une fois de plus l’erreur tragique qui dans le passé a provoqué tant de malheurs. Ce serait nier les identités. Ce serait susciter non la paix et la fraternité mais la violence, la guerre et le terrorisme car rien n’est plus dangereux qu’une identité blessée, qu’une identité humiliée.

Si la globalisation provoque tant de critiques, tant de crispations, tant de rejets, c’est d’abord parce qu’elle est trop souvent ressentie comme une menace pour les identités. Oui, la vie de l’homme n’a pas qu’une dimension matérielle. Il ne suffit pas à l’homme de consommer pour être heureux. Chaque communauté doit défendre son identité et la défense de l’identité occitane ne peut faire ombre à l’identité nationale. Cessons de montrer du doigt le communautarisme d’où viendra notre renais-sance nationale.

Une politique de civilisation, c’est une politique de la diversité communautaire, c’est une politique qui fait du respect de la diversité des opinions, des cultures, des croyances, des religions un principe universel. Car la diversité ce n’est pas seulement une valeur occidentale. C’est une valeur commune à toute civilisation. Une politique de civilisation c'est une politique qui reconnaît tous les hommes et tous les peuples égaux en droits, en devoirs et en dignité, c'est une politique qui place la vie au-dessus de tout. C’est une politique des intérêts vitaux de l’humanité. C’est une politique de responsabilité vis-à-vis des générations futures, vis-à-vis de la planète. Et au nom de cette responsabilité, qui n’a que faire du ridicule baromètre des sondages ou de résultats d’élections municipales, je vous annonce – et c’est ici le lieu ou jamais -  que mon mandat sera celui de la réflexion sur les départements.

Si la France centraliste a refusé de respecter sa propre diversité, il est temps à présent de tour-ner la page de tant d’années infécondes pour le développement de la paix générale.

Vous le savez j’ai chargé Jacques Attali d’un rapport sur la libération de la croissance. Y a-t-il lieu plus approprié que cette célébration d’un bicentenaire de département, pour annoncer les mesures à mettre en œuvre pour profiter, du dit rapport, qui propose, en dix ans, d’en finir avec les départements, au bénéfice des Régions et des Intercommunalités ?

Décision 260 indique le rapport à des journalistes qui oublient de commenter la décision 259 !

         Monsieur le Président du Conseil général vous le savez mieux que quiconque, la France ne se réforme pas sans dialogue. Voilà pourquoi je suis contre la suppression pure et simple des départements. Le rapport Attali indique : « L’objectif est de constater à dix ans l’inutilité du département, afin de clarifier les compéten-ces et réduire les coûts de l’administration territoriale ». Nous allons changer la France et donc, dans dix ans, nous ferons le point.

Seulement à ce moment là, la réalité nous dira si oui ou non le département conserve un rôle.

Je puis vous assurer que dans tous les cas, Montauban sera traitée avec dignité. Dans le développement de la région toulousaine que je salue, Montauban pourra enfin jouer son rôle de ville authentique. Débarrassée de cette fonction préfectorale qui en bride l’ingéniosité, elle va donner libre cours aux mesures de justice qui firent son identité. Justice envers toutes les religions, justice envers toutes les classes sociales. Car la justice, nous la devons à tous les peuples opprimés, à tous les exploités, à tous ceux qui souffrent de ne pas voir reconnue leur dignité d’être humain, nous la devons à toutes les femmes, à tous les enfants martyrisés dans le monde, si nous voulons pouvoir vivre en paix sur cette Terre, si nous voulons pouvoir arracher du cœur des hommes le ressentiment et la vengeance.

Si disparition des départements il y aura, ce sera pour ces grandes causes là ! Et quand je dis que la justice nous la devons à toutes les femmes comment ne pas saluer ici la plus grande de toutes, celle qui comprit avant tout le monde les mesures à prendre pour la justice. Vous avez reconnu la grande Olympe de Gouges qui paya de sa vie une opinion aujourd’hui partagée : il était futile de guillotiner les rois, quand il était utile de donner des droits aux femmes.

Montauban inventa le fameux tissu appelé cadis de Montauban, développa une industrie florissante et originale avec cinq mille ouvriers, puis, devenue préfecture, même si c’était indispensable en son temps, elle y perdit sa vocation.

Le projet, que je vous appelle tous à mettre en œuvre avec le gouvernement, fait peur aux frileux qui veulent bloquer le changement. Comme les Montalbanais de 1808 nous ne nous inclinons pas devant l’histoire, nous la changeons !

Vive Montauban et le Tarn-et-Garonne.

Vive une France future sans départements.

Vive la France du féodalisme enfin positif ! »

Sarkozy revu et corrigé par Léon Dunara.

 



[1] Inspiré du discours de Ryad, Arabie Saoudite, Janvier 2008.

[2] Sarkozy n’a sans doute pas été informé qu’il n’y avait pas besoin de lui pour créer une telle association, voici presque vingt ans, sous le nom d’Ok-OC.

[3] J’insiste, la phrase est reprise du discours de Ryad comme, à la surprise de lecteurs, la plus grande partie de ce discours.

Partager cet article

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans napoléon-sarko
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche